Criminalité faunique au Bénin : 3 trafiquants d’écailles de pangolins géants sont tombés dans les mailles de la police judiciaire

Pangolin géantIls s’apprêtaient à livrer leur butin quand ils ont été appréhendés par la police dans la zone du Ministère de l’Economie et des Finances le mercredi 11 mai 2016. Ce sont deux guinéens et un béninois. Ces trafiquants voulaient faire la transaction de 70 kilogrammes d’écailles de Pangolins géants, une espèce intégralement protégée.

Le prix de ces écailles varie d’un pays à un autre. Au Bénin, l’écaille est à 35 000 FCFA/kg. Au Togo c’est de 55 000 à 60 000 FCFA/kg. En Ouganda 50 à 200 USD/kg et au Cameroun, 30 000 FCFA/kg dans la brousse, puis 60 000 FCFA en ville.

Les chinois croient que les écailles de pangolins ont un effet sur la santé comme la circulation du sang, la lutte contre la rétention d’eau, mais aussi contre plein d’autres infections. Elles sont composées de kératine comme la corne de rhino et n’a aucun effet sur la santé.

L’arrestation de ces trafiquants est l’œuvre de la police judiciaire avec le concours du programme d’Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore (AALF-Bénin). Selon article 153 de la loi portant régime de la faune en République du Bénin, est puni d’une amande de 100.000 à 500.000 F et d’un emprisonnement de 3 mois à 3 ans, quiconque qui détient des animaux sauvages sans permis requis, et fait circuler des trophées ou des dépouilles sans certificat d’origine. L’alinéa 4 de l’article 154 de la même loi informe que quiconque qui importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leur trophées ou leurs dépouilles en dehors des cas permis, est puni d’une amande de 300.000 à 800.000 F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans. Les peines d’amende et d’emprisonnement normalement encourues, selon l’article 158, sont portées au double lorsque l’infraction est commise dans une aire protégée ou aux dépens d’un animal sauvage intégralement protégé.

Ces trafiquants vont être présentés à la justice qui décidera de leur sort. On ne le dira jamais assez, le massacre des animaux protégés est une menace de la biodiversité et participe à l’extermination de l’espèce concernée. Les fruits de leurs trafics alimentent des réseaux mafieux et menacent la sécurité humaine en Afrique.

Il est à noter que le corps du Pangolin géant du nom scientifique Smutsia gigantea, est entre 140 cm et 125 cm. Le corps de l’animal est recouvert d’écailles larges, marrons à rouges-marrons formées par la kératine. C’est est un mammifère qui vit dans les régions du Bénin. L’espèce a été signalée auparavant dans les forêts classées des Monts Kouffé, d’Agoua, des rivières de la Sota, de l’Ouémé supérieur, de Dogo, de l’Ouémé Boukou, du parc national de la Pendjari, parc national W au Niger et dans les zones cynégétiques de l’Atacora, de la Pendjari et de la Djona.

Par Patrice SOGLO

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s