Fin de la semaine scientifique d’AfricaRice: Un nouveau départ pour améliorer la production rizicole

La semaine scientifique d’AfricaRice a pris fin vendredi dernier. Pendant cinq jours, les participants se sont partagés les expériences et ont fixé les défis à relever pour diminuer considérablement l’importation du riz en Afrique.

Adama Traoré, DG par intérim de AfricaRice

Producteurs et chercheurs doivent continuer à travailler pour accroître les rendements des productions rizicoles. Cela va permettre à l’Afrique de parvenir à produire suffisamment du riz. Si les paysans ont besoin de technologies pour atteindre cet objectif, les échanges lors de la semaine scientifique ont prouvé que les chercheurs sont eux aussi prêts à leur apporter ceux dont ils ont besoin. Les responsables des institutions dans leur intervention ont manifesté leur volonté à accompagner le processus. « Nous sommes très satisfaits. En 2014, nous avons montré l’importance que l’Afrique accorde à l’agriculture. L’année 2015 va être l’année où nous allons exécuter plus ou moins de la même manière nos activités. Mais déjà à partir de 2016, nous seront dans la phase de réflexion sur les prochains programmes de cinq ans du consortium qui définiront l’ambition des quinze (15) centres internationaux de recherches pour contribuer mondialement à diminuer l’impact de l’insécurité alimentaire », a dit Adama Traoré, Directeur par intérim d’AfricaRice.

Pour avoir dirigé le groupe d’action sélection pendant la semaine, le Dr Moussa Sié, sélectionneur principal d’AfricaRice, s’est dit satisfait de ce qui se fait sur le terrain. « Ce qui est intéressant est qu’on a de bonnes performances de variétés, et il y en a qui font plus dix tonnes à l’hectare. Des questions ont été posées sur comment faire pour que ces variétés parviennent aux paysans. Voilà un des résultats concrets ». Pour le Dr Amadou Moustapha Béye, Représentant AfricaRice en Côte d’Ivoire, « il faut qu’un apport consistant soit fait à la mécanisation. C’est un des points faibles en Afrique. La mécanisation permet de faire les ouvertures de parcelle assez tôt, dès les premières pluies », cet appel vise certainement a suscité la volonté politique pour la mécanisation de l’agriculture en Afrique.

En général, les participants sont satisfaits de l’organisation de cette semaine scientifique qui leur a permis d’élargir leurs connaissances au profit de la production rizicole.

La question de financement était au cœur du projet Uemoa lancé dans la matinée du vendredi dernier. Pour le Directeur par intérim d’AfricaRice, les ressources ne se trouvent pas qu’au Nord. A travers ce projet, une institution sous régionale va bénéficier de l’appui d’organisation sous régionale, pour le développement de l’agriculture en Afrique.

Par Patrice SOGLO                        

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s