Terre nourricière : Le forum biodiversité se mobilise pour un environnement durable

Les Organisations non gouvernementales qui interviennent en environnement ont tenu leur forum bimensuel le samedi dernier dans les locaux de synergie paysanne à Calavi. Entre autres sujets ayant fait objet de débat, la célébration de la journée internationale de la terre nourricière le mardi 22 avril 2014. Les représentants des Ong au regard des différentes actions anthropiques sur la terre, ont posé le diagnostique et se mobilisent davantage pour un environnement durable.

Image« L’air que nous respirons, l’eau que nous buvons et les sols qui nous nourrissent font partie d’un écosystème mondial délicat, que l’activité humaine met de plus en plus à dure épreuve », a relevé dans son message M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, le mardi 22 avril dernier à l’occasion de la journée internationale de la terre nourricière. Ces propos du Secrétaire général de l’Onu devraient donner de la matière à réflexion pour tout homme où qu’il habite et quel que soit ce qu’il fait. Car, si l’air, l’eau et même ressources halieutiques dont l’homme a besoin pour sa survie sont quotidiennement sous la pression humaine, au point de susciter des réflexions pour la communauté internationale, il faut agir pour espérer inverser la tendance. Si les structures de l’Etat sont démissionnaires et ne saisissent pas ces occasions pour informer la masse de ce qu’il faut faire pour un environnement durable, les Organisations non gouvernementales qui travaillent sur des thématiques en environnement ont conscience de la situation et se mobilisent. Les Ong dans leur domaine d’intervention ont promis œuvrer pour la protection de la terre nourricière. Joséa Dossou-Bodjrènou de Nature Tropicale Ong et Patrice Sagbo de Jinuku, lors du forum ont insisté sur la protection de la biodiversité pour un environnement durable. Cela passent aussi disent-ils, par le comportement de chacun pour la protection de ressources naturelles. Entre autres comportements à prôner, figure en bonne place le reboisement, l’usage des engrais biologiques, la protection et la flore et la faune qu’elles soient terrestre ou aquatiques.

 

Des villes vertes

La journée internationale de la terre nourricière, édition 2014 a eu pour thème,  » des villes vertes « . Cela a amené le forum à s’interroger sur ce que fait le Bénin pour le reboisement des villes. La journée de l’arbre est célébrée depuis des décennies. Quels sont les résultats de cette célébration ? L’année dernière s’est ajouté le programme 10 millions d’âmes 10 millions d’arbres. Il ne suffit pas seulement de planter des arbres. L’essentiel est de pouvoir faire l’évaluation nécessaire et prouver à l’opinion nationale, le nombre d’arbres qui a pu être entretenus. Dans le cas contraire, c’est des actions de plus qui n’apportent rien à l’environnement. Le thème des « villes vertes » est l’occasion de mobiliser les populations des villes à planter des arbres et de pouvoir les entretenir. Le plus important est de pouvoir développer des stratégies pour y arriver. Ce thème devrait être le moment de montrer aux populations, ce qu’on tire des arbres plantés et entretenus. Les autorités à la base doivent être impliquées pour susciter l’envie d’entretenir des arbres dans les familles. Tout ceci doit être accompagné des sensibilisations sur le type d’arbre qu’il faut planter à tel ou tel endroit.

Il faut signaler que les Ong ne restent pas les bras croisés. Des stratégies sont en cours pour sensibiliser sur le reboisement des artères dans les villes.

Le forum biodiversité est un creuset d’échanges entre les Ong intervenant en environnement. Ce forum a lieu tous les deux mois et les échanges permettent aux participants d’agir pour la sauvegarde de la biodiversité et pour un environnement durables. Le forum demande à chacun de planter au moins un arbre et de l’entretenir. Ce sera sa contribution pour freiner le réchauffement climatique.

Par Patrice SOGLO  

 

Encadré

Message du Secrétaire général des Nations Unies à l’occasion de la Journée de la Terre nourricière le 22 avril 2014

Chaque année, la Journée de la Terre nourricière est l’occasion pour nous de nous arrêter sur la relation que nous entretenons avec la planète qui subvient à nos besoins. L’air que nous respirons, l’eau que nous buvons et les sols qui nous nourrissent font partie d’un écosystème mondial délicat, que l’activité humaine met de plus en plus à dure épreuve. La lourde main de l’homme est visible dans le déboisement des forêts tropicales comme dans l’épuisement des ressources halieutiques, dans la pénurie croissante d’eau douce comme dans le rapide appauvrissement de la diversité biologique, dans la pollution grandissante de l’air et des mers qui touche de nombreuses régions du monde.

Vu l’accroissement de la population, force est de constater que le rythme avec lequel nous consommons les ressources de la planète n’est pas viable à long terme. Les mentalités et les pratiques doivent absolument évoluer à l’échelle mondiale. Il est particulièrement urgent de se pencher sur la façon dont nous produisons l’énergie qui est le moteur de notre progrès. La combustion de combustibles fossiles est la principale cause des changements climatiques, lesquels menacent de plus en plus lourdement la prospérité et la stabilité dans toutes les régions. C’est pourquoi les dirigeants du monde se sont engagés à parvenir à un accord juridique mondial sur le climat en 2015.

La lutte contre les effets des changements climatiques nous offre de multiples occasions de transformer radicalement notre relation avec la terre nourricière et d’améliorer le bien-être de l’humanité, en particulier des plus pauvres et des plus vulnérables. À l’instar de l’agriculture climatiquement rationnelle et des mesures en faveur de villes plus économes en ressources et de forêts mieux gérées et mieux protégées, l’énergie durable a le pouvoir d’offrir à des milliards de personnes une meilleure santé, plus de prospérité et davantage de possibilités.

En vue de lancer une action ambitieuse sur le terrain et de renforcer la dynamique en faveur de l’adoption d’un nouveau traité sur le climat en 2015, je tiendrai un Sommet sur le climat à New York le 23 septembre de cette année. J’invite les chefs d’État et de gouvernement ainsi que des personnalités de la société civile et du secteur privé à présenter des initiatives et à conclure des alliances susceptibles de contribuer à bâtir un avenir durable. Cela étant, ceux-ci ont besoin d’aide et d’encouragements, car le changement n’est jamais chose aisée. Aujourd’hui, en cette Journée internationale de la Terre nourricière, je lance un appel à tous les peuples du monde pour qu’ils fassent entendre leurs voix. Exprimez-vous au nom de notre planète, car elle est notre unique foyer. Prenons soin de notre terre nourricière, afin qu’elle puisse continuer à prendre soin de nous, comme elle l’a fait pendant des millénaires.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s